Bien communiquer, Gérer votre vie quotidienne

Il/elle dépasse les bornes : je le mets au coin ?

Vous avez la réponse à cette question ?

ZZZZZZZZCapture

Le coin (time-out en anglais) est sans doute la méthode disciplinaire la plus utilisée par les parents et est souvent recommandée de la bouche même des pédiatres et des experts en développement de l’enfant.

Mais le coin est-il bon pour nos enfants ? Est-il efficace ? La réponse est négative si l’on s’en réfère aux dernières recherches en neurosciences.

Et oui, et pourtant on l’utilise depuis la nuit des temps, et voilà qu’aujourd’hui on nous dit que cela n’est pas efficace.

Personnellement, je ne l’utilise pas car je n’aime pas.

Voici les 3 causes principales qui font que le coin n’est pas efficace :

1. Sentiment de rejet et d’amour conditionnel

L’enfant n’est pas bien et on l’isole. Il se sent rejeté. C’est la même chose quand on l’envoi dans sa chambre.

 

2. Enclenchement des mêmes mécanismes cérébraux que lors de violences physiques

Il se trouve même que les scanners cérébraux ont révélé que la souffrance relationnelle (celle causée par l’isolement pendant une punition) active les mêmes mécanismes cérébraux que la souffrance physique (celle causée par une fessée ou tout autre forme de violence physique).

Votre avis ?

3. Inefficacité disciplinaire et éducative

Quand un enfant ne pense plus qu’à ses parents en qualité de méchants ou d’injustes, il ne peut pas développer ses capacités d’empathie ou de résolution de problèmes non violente. Avoir recours au coin et à l’isolement prive les enfants d’une occasion de construire des compétences humaines que d’autres types de discipline tendent à privilégier.

J’ai envi de mettre un bémol quand même à ces 3 critères. Quelle est la meilleure solution quand vous sentez la colère monter en vous ? que vous sentez que là votre enfant vous met à bout ? Rester avec lui au risque de vous énerver et de faire un peu comme lui ? Sortir de la pièce et le laisser seul ? l’envoyer dans sa chambre, vous calmer et aller discuter avec lui ensuite  ?

Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est qu’il est important ensuite de discuter, de comprendre ce qu’il y a eu. L’enfant a besoin de repère, si à chaque fois, vous faîtes le même scénario : il va dans sa chambre, il se calme, on s’explique. Il va se calmer plus rapidement car il sait qu’il va y avoir une explication.

La dernière fois que j’ai envoyé ma plus jeune dans sa chambre, elle était fatiguée, il était tard, je lui ai suggéré d’en profiter pour se coucher. Du coup, Elle s’est calmé, s’est mis au lit d’elle même. Et ensuite nous avons pu faire le câlin, et discuter de ce qu’il y avait eu.  Elle savait qu’après nous en discuterons, et elle est capable du coup de comprendre : « oui, j’ai été trop loin, faut que je me calme, mais ensuite je pourrais en parler » et cela n’est pas vécu comme un isolement mais plus comme un retour au calme, un retour à soi.

Source : 3 bonnes raisons de ne plus envoyer les enfants au coin (validées par les neurosciences)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s